Ligue 1. Da Silva Santos Junior, j’en Neymar (déjà!)

Neymar - AFP
Neymar sait jongler et empocher 222 millions d’euros… – Photo AFP

Après un feuilleton qui aura duré un mois, Neymar da Silva Santos Junior, dit Neymar, a signé au Paris Saint-Germain. Une arrivée qui fait la Une de tous les médias nationaux. Les journalistes s’en émeuvent comme de leur première fois. Mais n’en fait-on pas trop avec l’ancien joueur de Barcelone ? Mon avis.

Depuis un mois, on nous bassine avec l’arrivée potentielle de Neymar au Paris Saint-Germain. Depuis jeudi 3 août, cette arrivée est devenue officielle. Et la bassine s’est transformée en un énorme chaudron rempli à ras bord. De quoi frôler l’indigestion.

Depuis cette terrible date du jeudi 3 août, l’ancien joueur du FC Barcelone occupe le devant de la scène et des médias. Des médias, véritablement amoureux, qui ne tarissent pas d’éloges sur l’international brésilien. Des éloges, somme toute, méritées. En effet, son palmarès, à seulement 25 ans, plaide pour lui. Une Copa Libertadores avec Santos, deux titres de champion d’Espagne et une Ligue des Champions avec le Barça… Sa cheminée est bien remplie à celui que l’on qualifie comme le successeur du roi Pelé.

Neymar, le vampire de la Ligue 1

Avec 105 buts en 186 matches avec les Catalans, le nouveau numéro 10 du PSG prouve qu’il est adroit devant le but. Cinquième du dernier classement du Ballon d’Or, il fait, également, partie des top-players mondiaux, en compagnie de Lionel Messi, Cristiano Ronaldo ou encore Antoine Griezmann. Donc oui, il faut l’avouer, et je l’avoue, l’arrivée de Neymar dans le club de la capitale est un énorme coup. Celui du siècle ? Attendons de voir la fin de celui-ci pour en être si catégorique.

Car oui, les superlatifs ne manquent pas dans la presse pour parler de ce coup du mercato estival. « Un roi à Paris », « Neymar, prêt pour le show »… A lui seul, la star de la Seleçao vampirise l’ensemble de la Ligue 1. Plus rien n’existe autour de lui. Neymar, ou le désert. A croire que notre première division ne se résume plus qu’à un seul joueur. Les autres, remballez, y a rien à voir ! Jérôme Cazadieu, directeur de la rédaction du quotidien sportif L’Équipe, a même assuré qu’il y aura un traitement quotidien de la star brésilienne dans ses colonnes. J’attends, avec impatience, l’édition spéciale de la chaîne L’Équipe quand Neymar ira faire caca !

Neymar, Neymar et encore Neymar !

On peut apprécier l’arrivée de Neymar dans notre championnat. Personnellement, avoir un joueur pareil sur nos pelouses hexagonales, c’est génial ! Cela va attirer du monde dans les stades. Cela va rendre encore plus attractif notre Ligue 1 qui porte, pourtant, un nom qui sent bon les équipes en bois. Une véritable plus-value pour l’image du football en France. Je ne le nie pas. Au contraire. J’approuve, même. Ce que je regrette, c’est le traitement fait autour de l’homme qui valait 222 millions d’euros.

Neymar Faro Lequipe
Le résumé de PSG-Amiens par Faro, dans L’Equipe du dimanche 6 août 2017. – Photo L’Equipe

Prenons le premier match du PSG dans cette saison 2017-2018. Face au promu amiénois, les Parisiens, en mode Paris Chiant-Germain, sont venus, petitement, à bout des Picards, grâce à Cavani et Pastore. Une victoire 2 à 0 qui passe, pourtant, complètement inaperçu. Ce que l’on a vu pendant 90 minutes ? Neymar, Neymar et encore Neymar ! Même en tribunes, il reste l’attraction des médias parisianistes. Chaque action, chaque fait de jeu était illustré par un plan sur Neymar, qui a dû plaire à Maitre Gim’s, sapé comme jamais comme il l’était. Le dessin du jour dans L’Équipe de Faro image très bien ce propos.

Édition spéciale : Neymar a mangé une merguez

Le football, le jeu, le ballon rond… L’essence même de ce sport. Tout passe au second, voire troisième plan, avec le Brésilien. Lyon a battu Strasbourg 4 à 0 avec, notamment, un doublé de sa nouvelle recrue madrilène Diaz. Tout le monde s’en fout. Montpellier, dans un match riche en émotions avec cet hommage poignant à Loulou Nicollin, est venu à bout de Caen grâce au vétéran Souleymane Camara. Tout le monde s’en fout. Neymar a mangé une merguez. Édition spéciale. On en fait la Une. Plus aucun jour ne passera sans que l’on parle de lui. Il pourrait y avoir une troisième guerre mondiale que ça passerait inaperçu. Le trait est forcé, pas exagéré.

Après Amiens, les premiers commentaires, ahurissants de bêtises, pleuvent : « Sans Neymar, Paris vient à bout d’Amiens ». Comme si c’était un exploit. Le petit PSG, sans sa recrue phare du mercato, a dompté le monstre amiénois, porté par le septuple Ballon de Rien, Bachibou Koïta. Pire. Paris a marqué deux buts, sans que Neymar y soit impliqué. Rendez-vous compte ! La méneymaromalie vient à peine de commencer. J’en suis lassé. Et vous aussi, bientôt. Car, que dire de ces gogos qui affirment avoir acheté les trois maillots du PSG (domicile, extérieur, third) floqués Neymar « pour renflouer les caisses du club », avec le plus grand sérieux du monde ? Paris a une histoire. Ou en avait une. Aujourd’hui, il y a plus de footix à être au Parc des Princes que de véritables supporters, déjà présents dans la galère Luyindula et Pancrate.

En plein coma neymarylique

Oui, Neymar est une star. Une star a débarqué à Paris. Paris a marqué l’Europe et le monde du football par ce transfert. Mais cela mérite-t-il un tel abattage médiatique ? Attendons de voir ses prestations sur le terrain avant de s’enflammer. Il n’a même pas encore foulé les pelouses de Ligue 1. Jouera-t-il contre Guingamp, au Roudourou, le week-end prochain ? Ce n’est même pas sûr ! J’admets que Neymar est un futur Ballon d’Or en puissance. Mais patientons avant de s’emballer. S’il cartonne et illumine la Ligue par ses dribbles et son talent, alors oui, on pourra l’idolâtrer. En attendant, il n’a rien prouver en Ligue 1. Et les mauvaises surprises existent.

Nous n’en sommes qu’à la première journée des 38 au programme. Et déjà, suivre ma belle Ligue 1 me gonfle. A croire que Neymar a créé la Ligue 1. Avant lui, le championnat n’existait pas. Même Monaco passe à la trappe. Monaco, le champion de France en titre. Qui en parle ? Jusqu’à mai prochain, le dénouement de cette saison risque d’être long. Très long. L’overdose de Neymar est proche. Personnellement, je suis dans un coma neymarylique. Et à deux doigts d’aller suivre le championnat bulgare ou vénézuélien. J’hésite encore…

Votre serviteur.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s